Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

J E U X

 

 

Les dictionnaires de référence pour les jeux et les dictées de cette page sont le PETIT ROBERT et le PETIT LAROUSSE ILLUSTRÉ dans leur édition 2018.

 
rss feed
Archive(s) :
select
Sept fautes se sont glissées dans le texte suivant. À vous de les découvrir ! Ce vieux loup de mer n'avait pas pour habitude de se noyer dans un verre d'eau : le whisky, et surtout la téquila, lui flattaient le palais ; mais au pis-aller, et pour peu que la p&eacu...Lire la suite
Publié par Christiane •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Caprices des mots

17/01/2019 11:04:22
Masculin ou féminin ? Cochez la réponse qui vous paraît correcte. 1) aune (arbre qui croît dans les lieux humides) : masculin féminin...Lire la suite
Publié par Christiane •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Spécialités gourmandes

05/12/2018 10:39:29
Associez chacun des mots suivants à la définition qui lui convient : 1) babelut(t)e - 2) calisson - 3) cotignac - 4) fougasse (ou fouace) - 5) gimblette - 6) paris-brest - 7) pithiviers - 8) touron <...Lire la suite
Publié par Christiane •  Ajouter un commentaire  1 commentaires

Proverbes à découvrir...

19/11/2018 18:34:53
...à partir de l'explication qui suit et de l'anagramme d'un mot contenu dans chacun d'entre eux, donnée entre parenthèses après cette explication. 1) Ne pensons pas aujourd'hui aux difficultés que demain peut nous réserver. (eipen)...Lire la suite
Publié par Christiane •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
La bonne réponse : 1) bardane (nom féminin) : a) plante commune dans les décombres - b) plante des marais 2) cétoine (n...Lire la suite
Publié par Christiane •  Ajouter un commentaire  1 commentaires
first prev 1 2 3 4 5 ... next last
 

D I C T É E S

 

4e édition de la Grande Dictée de Brec'h (Morbihan). 22 avril 2019.

14/05/2019 10:43:22

Au cœur des Mille et Une Nuits

Nous allons au fil de cette prose tranquille mais nonobstant dithyrambique vous plonger dans l'œuvre des Mille et Une Nuits.

À l'époque de l'apogée de Bagdad, de nombreux récités réalistes mettent en scène la vie des palais et les intrigues qui s'y fomentent ainsi que l'activité de la ville avec ses marchés, ses pêcheurs à la senne et ses lieux mal famés (malfamés).

Le sultan, en représailles à l'égard de son épouse infidèle, la condamne à mort puis décide de faire exécuter chaque matin la femme qu'il aura choisie la veille, quels que soient son âge et ses supplications.

Shéhérazade, la fille du grand vizir, affirme vouloir épouser le sultan ; il est des plus évident qu'elle a une idée en tête malgré les affres dues à une telle situation.

Aidée de sa sœur cadette, elle raconte chaque nuit une histoire dont la suite est reportée au lendemain et la curiosité exacerbée du sultan incite celui-ci  à surseoir à l'exécution  de jour en jour afin de connaître l'aboutissement du récit commencé la veille.

Parmi les nombreuses narrations prolixes de la jeune femme, trois contes peuvent illustrer ses enjôleries.

Durant une vingtaine de nuits, Sindbad le marin raconte ses sept voyages extraordinaires à un pauvre portefaix. Sur son bateau, dépourvu du moindre biscuit de survie, il se sustente avec des harengs pacqués et des clovisses charnues. Ensuite il affronte serpents, ouragans,  cannibales et pachydermes, gagnant puis reperdant perles, étoffes et diamants. Par chance, de son dernier périple, il rapporte assez d'ivoire pour devenir riche et distribuer ses sequins à tout va. (Fin dictée jeunes).

L'histoire d'Aladin et la lampe merveilleuse s'étend, quant à elle, sur quarante-trois nuits. Rien n'y manque : pas plus la comédie, le drame, la magie, les cataclysmes, l'enthousiasme qu'une intrigue extravagante et un décor allochtone.

Aladin, fils de tailleur, paresseux et menteur, n'aime que bayer aux corneilles. Peu lui chaut le désespoir de sa mère. Il rencontre un soi-disant oncle maure à la barbe ointe de nard, quelque peu  magicien. Ce dernier l'amadoue avec un anneau magique serti d'améthyste qui le conduit à la lampe prodigieuse. Cette lampe va lui permettre, à travers moult aventures, de vivre dans l'opulence et le bonheur. Mais c'est bien compliqué à conter ! Rendez-vous compte : dans ses pérégrinations, il côtoie un grand vizir, des nababs, des pachas, des beys, des janissaires, des bachi-bouzouks et aussi de pauvres hères.

Puis Shéhérazade, la sultane, raconte au cours de huit nuits, les tribulations d'Ali Baba et nous fait découvrir ses exploits. Par pure sérendipité (expression sibylline s'il en fut mais dont un synonyme pourrait être "hasard heureux") ce bûcheron découvre la cachette où s'entasse le butin de quarante voleurs. Un rocher en feldspath recouvert de lichen en son envers ferme la grotte de plain-pied avec le chemin. La célèbre formule "Sésame, ouvre-toi !", entendue par hasard et non au cours d'un cauchemar, le rendra riche et prospère. Subséquemment, les pertinentes exhortations de Morgiane, sa future belle-fille, auront raison des brigands qui disparaîtront un à un dans de l'huile bouillante qui lui était destinée.

Les richesses amassées dans l'antre seront généreusement distribuées entre les villageois.

Au bout de mille et une nuits, les récits de la princesse ont apaisé la colère du sultan et l'image des femmes a trouvé grâce dans son cœur charmé. Ainsi Shéhérazade  est considérée comme ayant sauvé quelque mille et une épouses qui n'ont pas été immolées par le sultan grâce à l'imagination fertile de la fille du vizir.

 

Publié par Christiane •   Ajouter un commentaire  0 commentaires





© 2012
Créer un site avec WebSelf