Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

ATTENTION !

Ces dictées d'archives n'ont pas été actualisées et sont reproduites suivant l'orthographe et les règles grammaticales en vigueur à l'époque où elles ont été rédigées.

 
rss feed
Une fois que Bernard eut rendu à Sophie la somme due, soit deux mille neuf cent trente et une pesetas (tous deux s'étaient plu à visiter l'Espagne, les vingt et vingt et un mars dernier*), il leur fut impossible, voire inconcevable, de dormir sereinement dans leurs draps crème, sans penser aux efforts que tous leurs voyages leur avaient coûtés et, malheureusement, aux quatre-v...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Comment vouliez-vous qu'avec des ancêtres pareils Valentin ne finît pas par devenir un jour un grand champion ? Déjà son trisaïeul, Félicien Biclou, précurseur aventureux, avait enfourché avec intrépidité le premier célérifère, sur lequel, d'ailleurs, il conserva à grand-peine un équilibre précaire....Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
C'est une belle journée propice à la balade sur les plages accortes et le long des rivages accores où plongent, dans la mer aux reflets céladon et améthyste, des chaos de granit. On flâne sur l'estran où volettent des goélands criards à la recherche de quelque(s) mye(s) égarée(s). Sur les dunes, des syrphes zébr&...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Charles-Édouard fut brutalement sorti de ses rêves par une multitude de réveille-matin qu'il avait réglés pour sonner à onze heures. Le soleil entrait à flots par la fenêtre grande ouverte. La veille, il avait fait la tournée des grands-ducs et la somme que lui avait coûté cette sortie avait sérieusement écorné...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
Quitte à soulever des tollés, je persiste à dire que je n'aime pas le printemps. Entendons-nous : j'apprécie comme tout le monde les petits matins encore frileux quand s'échappent des jardins les effluves subtils d'herbe humide, de gypsophile ou de primevères. Je n'ai rien non plus contre une balade le long de laies dégagées ou sur des contre-pente...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
first prev 1 2 3 4 next last
 

  

DICTÉES

POUR L'ÉTÉ

(à faire en famille quand le temps n'est pas au beau...)

 

 
rss feed
Les dictées qui suivent ont été rédigées entre 1996 et 2000 par Patrick TISSOT, pour la finale départementale des Dicos d'or (filière scolaire) qui se déroulait chaque année au collège de CLERGEON (Haute-Savoie) en vue de la sélection des candidats pour la finale nationale. L'orthographe correspond à celle indiquée d...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Journal intime. 1996.

06/07/2018 08:00:00
Si vous saviez comme je flippe aujourd'hui ! D'abord, c'est mercredi après-midi et j'ai accepté l'idée saugrenue, débile de venir faire une dictée. Faut être fêlé ! Certes l'endroit est sympathique mais j'aurais pu tranquillement m'adonner à mon passe-temps favori. Cela dit, j'ai assez skié pour cette année ; marre de mes carres mal aff&...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Quelle odyssée ! 1997.

06/07/2018 07:00:00
Une dictée ne laisse pas indifférent : on abhorre ou on adore... Si vous êtes là aujourd'hui, peut-être vous a-t-on astreints depuis longtemps à un entraînement spartiate et contraints tout crûment à venir plancher. Mais peut-être aussi y êtes-vous accourus sereins, voire enthousiastes, rêvant de l'empyrée final ! Bien sûr, il vous faudra...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Nostalgie monétaire. 1998.

06/07/2018 06:00:00
Parlons franc : nous ne sommes pas très gaies depuis quelque temps. Nous ne serons plus frappées et paradoxalement c'est là notre drame ! Nous voici sous peu au rancart comme des sesterces défraîchis. Nous avons patiemment supplanté les louis et les napoléons. Nous avons eu la cote, nous l'avons moins eue et connu moult fluctuations. Aujourd'hui, nos jours sont comptés : m...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires

Beaucoup de bruit(s). 2000.

05/07/2018 11:19:00
Eh bien, nous y voilà, en l'an 2000. Et alors, chers élèves, avez-vous décelé quelque bouleversement radical dans votre établissement ou chez vous depuis cette entrée fracassante ? Votre collège s'est-il entre-temps métamorphosé de but en blanc en éden mirifique ou à l'inverse en enfer cauchemardesque - à moins que ce ne fût d...Lire la suite
Publié par Blogger •  Ajouter un commentaire  0 commentaires
first prev 1 2 3 next last
 
L'île BERDER (Morbihan)
Vign_Berder
Cette île  privée fait partie de la commune de Larmor-Baden. Elle n'est donc accessible aux visiteurs que sur sa périphérie. D'autre part, on ne peut la visiter qu'à marée basse. Le tour de l'île à pied (environ une heure) permet  de découvrir des paysages magnifiques. Attention : pour y accéder, il est indispensable de connaître les horaires des marées. Vous pourrez les trouver sur le site officiel de la mairie de Larmor-Baden :
 
 


MUSÉE

DE LA COMPAGNIE DES INDES

 
Vign_Compagnie_des_Indes

Nouvelle programmation 2018

Pousser la porte du musée, c'est parcourir des siècles d'histoire maritime et commerciale qui relient LORIENT à l'ORIENT. Tout au long de l'année 2018, le musée vous propose des expositions, des conférences, des œuvres de collection, des ateliers "jeunes publics" pour se familiariser avec l'histoire d'une façon ludique, ainsi que des visites thématiques pour découvrir les secrets de fabrication des objets importés par la Compagnie des Indes.

Musée de la Compagnie des Indes
Musée d'art et d'histoire de la Ville de Lorient
Citadelle de Port-Louis - 56290 Port-Louis
02 97 82 19 13

Lien :

 
Vign_ETEL

É T E L 

LE MUSÉE DES THONIERS 

Né du travail d'une association,"Autrefois Étel", qui a rassemblé des photos, des maquettes, des objets et des vidéos, ce musée plonge les visiteurs dans l'histoire du port de pêche d'Étel, de 1850 à nos jours. En 1850,  Étel, village de pêche sardinière, devient une commune à part entière. La pêche au germon (thon blanc) y deviendra bientôt prépondérante, et vers 1930,  avec plus de 250 voiliers thoniers, Étel sera l'un des plus grands ports de France. Mais en 1972, il sera éclipsé par Lorient, qui attire la flottille ételloise, et en 1972, le quartier maritime sera supprimé.

Pour découvrir ses collections et expositions temporaires, le musée d'Étel propose des visites guidées. 

Réservation conseillée.

  Contact :

tél. 02.97.55.26 67

ou musee.thoniers@orange.fr

© 2012
Créer un site avec WebSelf